Madeleine progress report

Cher lecteur de ce blog et néanmoins amateur de littérature,

Tu as été témoin du défi que je me suis lancé il y a un an et je te suis redevable d’un état des lieux. Lire Proust a beaucoup amélioré ma maîtrise de la langue et je peux dire que la situation se résume de façon très appropriée par epic fail ou, en termes comptables, 4 sur 7, ou 2 sur 3, c’est selon.

proust.jpg

Maintenant les excuses.

Je commencerai par dire que je m’étais préparé aux aléas classiques qu’on peut rencontrer dans ce genre d’entreprise. J’avais prévu des plans B (oui, plusieurs, du genre B1, B2, etc.). J’avais budgétisé pour sous-traiter la rédaction d’un executive summary en bonne et due forme. J’avais même acheté des fiches bristol pour mémoriser des passages à glisser lors de soirées en ville.

Malheureusement, et malgré toute l’organisation en amont, il y a eu des imprévus. Je n’en suis qu’en partie responsable et je dénonce sans hésiter l’infâme MP. Mais je ne nie pas mes faiblesses.

J’avoue avoir pris du plaisir en lisant. J’ai vraiment essayé que cela ne soit pas ainsi. J’ai programmé des séances de lecture fréquentes, à des horaires réguliers et dans une ambiance studieuse. Mais ça a dérapé et je me suis surpris à avoir envie de lire à d’autres moments aussi. J’ai commencé à laisser des miettes en chemin, sous forme de post-it, pour pouvoir revenir sur des passages choisis. Et ça a été le début le la descente aux enfers.

J’ai ensuite fait des excès, je n’ai pas su maîtriser ma passion et je me suis blessé en essayant de finir une longue phrase. J’ai été obligé d’arrêter pour me rétablir, me soigner.

L’été était là et je suis parti en vacances sans aucun des 3 tomes. La première semaine à la mer a été difficile, car je voyais la plage de Balbec au bord de la Méditerranée. Albertine et ses amies étaient partout. J’ai eu besoin d’un sevrage.

Quand l’automne arrivait, on a décidé de reprendre et notre phase numéro 3 a commencé. Mais cette fois-ci il n’y avait pas de projet ni d’objectif. Et du coup, tout s’est très bien passé. Nous nous sommes retrouvés quand nous en avions envie et avons pris notre temps. Du pur plaisir. On a franchi l’équateur et je pense qu’on fera encore un bout de chemin ensemble. Mais j’ai compris que je n’y arriverais que si je m’autorisais quelques infidélités pour découvrir d’autres partenaires en même temps.