Jordi Inglada

Posts tagged "productivity":

25 Oct 2020

Sérendipité, productivité et télétravail

La pandémie a permis (obligé?) l'expérimentation à grande échelle du télétravail. Beaucoup de gens faisaient déjà du télétravail avant, non pas seulement comme un substitut de ce qui était fait dans les locaux de leur entreprise, mais aussi comme un complément (ramener du travail à la maison, travail pendant les déplacements professionnels de courte ou de moyenne durée). Mais dès le début du confinement, il a fallu mettre en place des outils de «communication», non, plutôt de «collaboration» pour pallier le manque d'interaction quotidienne.

Le résultat a été un recours précipité et sans esprit critique à des services de messagerie instantanée et visio-conférence pour générer des interactions non indispensables pour le déroulement normal du travail.

Certains ont attribué cela à un manque de confiance de la part des managers qui ne seraient pas formés à gérer ce genre de situations.

D'autres, ont justifié le besoin de ces outils pour favoriser la sérendipité et le brassage d'idées, malgré le fait qu'il est démontré que les interruptions et les échanges permanents son négatifs pour la productivité. En effet, la plupart des gens vivent mal les interruptions, dont la plupart ont lieu quand on est physiquement au travail. En effet, ces interruptions ont l'inconvénient de ne pas pouvoir être mises en mode avion. D'ailleurs, il existe un sens de la culpabilité associé au fait de désactiver les notifications dans les outils de «collaboration».

À l'inverse, une bonne hygiène dans la gestion de ces outils résulte en une augmentation de l'efficacité par rapport au travail en présentiel (ou par rapport au télétravail qui essaie de simuler le présentiel).

En fait, cette sacro-sainte sérendipité a vraiment du mal à marcher aussi bien qu'on le voudrait et des efforts importants (avec les budgets associés) sont déployés par les entreprises pour concevoir des locaux lui permettant de s'exprimer. Oui, on en est là.

Si on peut comprendre que certains aient besoin d'interaction fréquente, il semble peu approprié de vouloir imposer ce mode de travail à tout le monde. Mais, malheureusement, on peut s'attendre à ce que des startupeurs se positionnent sur le créneau de la e-serendipity. Déjà, les CIO (les DSI du monde d'avant) se frottent les mains en voyant venir des augmentations de leurs budgets.

Ces effets de mode dans un workplace où les promotions et la reconnaissance passent de plus en plus par le présentéisme (contemplatif o stratégique) et la visibilité (physique ou numérique) contraste avec des analyses moins sexies. En effet, il semblerait que les rencontres fortuites ne mènent qu'à des vraies collaborations que par un travail approfondi. Ce travail conjoint approfondi nécessite la co-présence, mais organisée et en évitant la culture du ASAP, le FOMO et le changement continu de contexte.

En gros, il faudrait éviter le travail superficiel composé de réunions d'information descendante, les échanges sur la messagerie instantanée, les appels téléphoniques non programmés, etc. On pourrait aussi apprendre la collaboration asynchrone, ce qui permettrait de sortir de la tradition orale où la mémoire des équipes est perdue, mais aussi de respecter le rythme de chacun.

Vaste programme …

Tags: rant fr productivity meetings
Other posts
Creative Commons License
jordiinglada.net by Jordi Inglada is licensed under a Creative Commons Attribution-ShareAlike 4.0 Unported License. RSS. Feedback: info /at/ jordiinglada.net